vendredi 9 novembre 2018

La République de la honte

Ce billet paru hier dans l'Humanité éclaire d'un jour cruel la descente aux enfers de la République y entraînant jusqu'à son école. Il y a deux ou trois jours on apprenait la nomination d'un gendarme en poste de chef d'établissement adjoint au prétexte de la sécurité... Ou encore les médias se faisaient l'écho de la référence du chef de l'Etat à la gloire de Pétain...

Quand le gouvernement va-t-il lancer le grand concours de "rénovation" de la devise républicaine sur les réseaux sociaux pour parfaire un modèle de la honte que dessinaient déjà des recruteurs de foot en faisant le tri dans leurs caniveaux du fric confondus : blanc, gris, noir.
Tout aussi indigne que la récupération de l'image de Guy Mocquet par Sarkozy, le geste de Macron pour la famille de Maurice Audin ne saurait masquer des gesticulations insensées oublieuses de l'histoire et irrespectueuse de ses acteurs mêlés sans discernement dans un passé embrouillé.

Il ne reste plus guère qu'une révolution pour redonner l'honneur de ses couleurs à la République, du bleu, du blanc  et du rouge, de la fierté de tout l'arc-en-ciel !


mardi 30 octobre 2018

Tombe la neige...

Encore un marronnier, comme chaque année un épisode neigeux déclenche une catastrophe, naufragés de la route, camions en rade, automobilistes en rade, trains en rade, électricité en rade...
Nous n'allons pas tarder à réclamer une accélération du réchauffement climatique qui nous épargne les rigueurs de l'hiver...
Or, même les statistiques témoignent de la diminution des rigueurs hivernales, longues périodes de gel, enneigement durable et important...
Moins la nature nous presse sur ce plan et plus nous en serions victimes ! N'y a-t-il pas là un paradoxe curieux ?
Vive le "tout camion" et l'encombrement des axes routiers avec les poids-lourds !
Vive le "tout-TGV" et la privatisation du fret ferroviaire  avec son lot d'abandons dans l'entretien des lignes et de leur environnement !
Vive le moins d'Etat qui a transféré aux départements la quasi totalité des route jadis "nationales" tout en les pressant d'autres dépenses qui conduisent à la dégradation des moyens et des services dans l'entretien et la viabilisation des réseaux !
Vive la libéralisation du marché de l'énergie... 

  1. Alterna
  2. Antargaz
  3. Butagaz
  4. Cdiscount Energie
  5. Direct Energie
  6. DYNEFF GAZ
  7. EDF
  8. ekWateur
  9. élecocité
  10. Électricité de Provence
  11. Enercoop
  12. énergies du Santerre
  13. ENERGIES LECLERC
  14. ENGIE
  15. Eni
  16. GAZ DE BORDEAUX
  17. GEG Source d'Energies
  18. Greenyellow
  19. ilek
  20. Lucia
  21. Mint Energie
  22. Ohm Energie
  23. Planète OUI
  24. Plüm Energie
  25. Proxelia
  26. SELIA
  27. Sowee
  28. TOTAL SPRING
  29. Urban Solar Energy
  30. VATTENFALL

Mais un jour comme aujourd'hui quand les lignes sont par terre faute d'avoir assuré un nécessaire élagage, est-ce que ce sont les techniciens de Cdiscount Energie ou de ENERGIES LECLERC qui vont arriver à pieds dans la neige et la nuit pour rétablir l'alimentation électrique ?
Vive donc la concurrence, le tout marché et le moins d'Etat... 
Car comme chacun sait, depuis la libéralisation du secteur du téléphone, plus personne ne se plaint d'avoir un réseau pourri pour des citoyens de seconde zone lorsque leur service n'est pas assez profitable...
Car personne ne se plaint d'un service postal complètement déglingué à force d'élimination des agents statutaires et du recours à des contractuels exploitables et jetables à merci....
Car personne ne se plaint jamais du foutoir des tarifs voyageur ferroviaire aussi imprévisibles que les horaires d'arrivée...
Car personne ne se plaint  de la dégradation du service public de santé quand les hôpitaux paient plus de mille euros par jour les médecins intérimaires pour remplacer ceux qui manquent à leur effectif... 

La neige n'y est pour rien ! Certes, mais par contre si sa fréquentation en période hivernale devient de plus en plus problématique en dehors des pompes à fric des stations de sports d'hiver, n'est-ce pas parce que le dogme libéral du tout marché zéro service public prive les citoyens de ce que la puissance publique leur doit pour garantir sécurité et liberté de circulation dans une une République indivisible, laïque, démocratique et sociale.
principes fondamentaux reconnus par les lois de la République.

... avec, parmi ses principes fondamentaux, l'affirmation que "Tout bien, toute entreprise, dont l'exploitation a ou acquiert les caractères d'un service public national ou d'un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité"
La qualité de l'air qu'on respire, l'eau, la terre nourricière ou le feu de l'énergie ne seraient-ils pas par nécessité vitale l'essence même de la propriété collective et socialisée pour que le peuple ne soit plus asservi au seul appétit de profit de ses supposés maîtres.
C'est toujours aux racines de cette émancipation que germe le communisme, une perspective d'une brûlante actualité quand les maîtres de la finance mondialisée sont en train de parachever la destruction de la planète et de réduire les peuples à la misère quand ils ne les font pas s'étriper pour quelques bondieuseries.

Passe la neige, et vivement le printemps des peuples.

dimanche 28 octobre 2018

La SECU en soins palliatifs

Une fois de plus les orientations budgétaires asservies à une politique toute entière tournée vers le profit capitaliste au détriment de la grande majorité du peuple s'éloignent des besoins réels pour dégrader encore plus la vie du plus grand nombre et détricoter les liens sociaux.
Les discours ne suffisent plus.
Depuis le temps qu'on le dit... mais une poignée de députés portés de bonnes intentions ne suffit pas à faire mettre le genou à terre à celles et ceux qui cassent de la sécu comme ils respirent. Droite et patronat bien servis par le petit commis des banques et tout naturellement revanchards de l'après-guerre, comme de soit-disant socialistes qui depuis 1983 roulent à droite, voire même souvent sur l’accotement. sont bien réunis dans le gang de tontons flingueurs de Macron.
La clé de la résistance à la poursuite de ces projets mortifères pour le modèle social français comme pour sa démocratie n'est pas seulement dans les urnes ; il est aussi dans la vie, dans un travail militant de conviction et de mobilisation, dans une reconquête idéologique d'ampleur. Cela suppose que les organisations, qu'elles soient politiques ou syndicales, renouent avec leur base après dans une petite révolution copernicienne qui redonne sa valeur primordiale à la masse et remette les élus à leur place, porteur des orientations et non gourous de sectes qui n'ont de cesse de s'éclater et de se rétrécir.
Ce changement de paradigme sera-t-il bientôt... pour demain ?

Un discours intéressant à la tribune de l'Assemblée nationale... Pierre Dharreville défend la motion de renvoi déposé par le groupe CRC face au projet de loi de financement de la Sécurité Sociale

"Au fond, il n’y a qu’une seule raison pour laquelle ce budget doit être rejeté : il ne répond pas aux enjeux ; il ne permet pas de faire face aux besoins de santé et de protection sociale du pays ; il est complémentaire d’un projet de loi de finances injuste, qui reste dans la matrice libérale à laquelle la majorité nous a habitués.
Chaque année, ce budget est plus insupportable que le précédent parce que, chaque année, on y intègre de nouvelles économies, qui viennent encore retrancher aux précédentes. C’est un projet de loi de sous-financement de la sécurité sociale. Sa raison d’être, depuis vingt-deux ans, c’est inlassablement de borner, de réduire, de rabougrir, de rétrécir, de resserrer, de presser, de compresser, de contracter, de compacter, de zipper – je vous donne des variations possibles pour changer un peu car nous avons beaucoup trop entendu le disque « Maîtriser les dépenses » : cela ne fait plus rêver depuis longtemps !
Si encore on ne réservait ce sort qu’à des chiffres dans un tableau, ce serait une chose, mais derrière, il y a des femmes, des hommes, des vies ! Derrière, il y a notre santé, nos allocations en cas de chômage, d’accident du travail ou de maladie professionnelle, nos allocations familiales, nos retraites ! Derrière, il y a la possibilité pour chacune et chacun de faire face aux risques de l’existence ; il y a la grande idée de la sécurité sociale, patiemment et obstinément construite depuis la fin du XIXe siècle ; il y a l’avenir d’une société civilisée qui refuse de laisser chacune, chacun, abandonné à son propre sort.
C’est la sécurité sociale qui a été le meilleur instrument de lutte contre la misère, contre les vies sinistrées. C’est la sécurité sociale qui a amorti les crises. C’est elle qui a limité les inégalités, réduit la précarité du mieux qu’elle le pouvait, arraché une part des richesses produites par le travail au portefeuille des grands propriétaires. Elle n’a pas été faite pour « donner plus à ceux qui ont moins » mais pour faire contribuer « chacun selon ses moyens », pour donner à « chacun selon ses besoins ». Elle a inventé un mécanisme concret d’égalité et de partage, qui n’a rien à voir avec la charité des dames patronnesses ou avec l’aumône que l’on se dispense entre nécessiteux. Certes, elle n’a pas aboli le capitalisme mais elle l’a sévèrement contré et contrarié, plantée là comme en son cœur. Pensez ! Une telle somme d’argent, soustraite aux mécanismes du marché, mutualisée, vouée à établir des droits solidaires !
C’est une idée qui vient de loin, la sécurité sociale : la Constitution de 1793 proclamait que « la société doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d’exister à ceux qui sont hors d’état de travailler ». Le programme du Conseil national de la Résistance exigeait « un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail ». Il ne disait pas cela au hasard mais parce que c’était l’antidote face aux monstruosités enfantées par l’humanité au cœur de la crise des années 1930. C’était quelque chose, comme réforme ! C’était quelque chose, comme ambition sociale, dans une société prête à s’enthousiasmer pour un grand dessein ! François Billoux, ministre de la santé, et Ambroise Croizat, ministre du travail, s’attelèrent à la tâche dès 1945, pour que naisse la sécurité sociale, pour mettre l’homme à l’abri du besoin, disaient-ils avec les mots d’alors, pour en finir avec l’angoisse du lendemain, la souffrance et l’exclusion. Je n’invoque pas ici quelque mythologie passée : cela s’appelle l’invention sociale.
Croyez-vous que tout cela ait disparu, que l’on puisse aujourd’hui réduire la voilure ? Les chiffres montrent le contraire. Une enquête de la DREES parue en septembre révèle que 1,4 million de Français, âgés de 53 à 69 ans, ne perçoivent ni revenus d’activité, ni pension de retraite, tandis que la pauvreté touche 11 % des seniors, les femmes en plus grand nombre que les hommes.
Dans une enquête rendue publique par le Secours populaire ces derniers jours, 47 % des jeunes interrogés déclarent rencontrer des difficultés financières pour accéder à des activités culturelles et de loisirs, 46 % pour se procurer une alimentation saine et équilibrée et 48 % pour s’acheter des vêtements convenables. Environ un tiers d’entre eux disent aussi avoir des problèmes financiers pour payer certains actes médicaux ou pour régler leur loyer. Ces difficultés concernent plus les jeunes femmes que les jeunes hommes.
Il y a besoin de toute la puissance de la sécurité sociale pour faire face aux dévastations que produit la financiarisation forcenée de l’économie, pour tirer toute la société vers le haut. Mais une idée s’est insinuée, émanant de quelques étroits cénacles : la sécurité sociale coûterait trop cher. La sécurité sociale serait trop dépensière. La sécurité sociale vivrait au-dessus de nos moyens. J’en connais qui vivent au-dessus de nos moyens, et je n’y aurais pas classé la sécurité sociale ! Ainsi était-il besoin de pérenniser, l’année dernière, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, intégré sous forme d’exonération de cotisations sociales patronales, et de faire de 2019 une année qui compte double, à 42 milliards d’euros, soit 1,8 point de PIB, soit un allégement de six points de cotisations patronales d’assurance maladie ? Ainsi, était-il besoin d’inventer de nouveaux allégements de cotisations sur les bas salaires ? Au total, le montant des exonérations atteint 71 milliards d’euros en 2019, contre 46 milliards en 2017, soit une augmentation de 150 % pour des effets dont les études montrent qu’ils sont indigents.
Par ailleurs, remettant en cause le principe édicté en 1994 de la compensation intégrale des exonérations de cotisations sociales, vous commencez à l’enfreindre à hauteur de 1,5 milliard d’euros cette année. Cela porte un nom : cela s’appelle du siphonnage. Jusqu’où remplirez-vous le bidon percé des cadeaux que vous consentez, de l’autre côté, aux ultrariches, tandis que vous passez les services publics à la moulinette ?
Enfin, vous n’affichez aucune intention d’aller chercher avec les dents les 25 milliards d’euros que coûte la fraude aux cotisations sociales patronales. Pire, vous allégez les sanctions frappant le travail dissimulé. Vous contribuez donc à assécher les finances de la sécurité sociale et à priver celle-ci des moyens d’agir, à hauteur de 5,7 milliards d’euros cette année.
Tel est bien le principe de l’objectif national de dépenses de l’assurance maladie, l’ONDAM, qui porte bien son nom : « On dame ». Cette année, 3,8 milliards d’euros d’économies sont imposés à son évolution tendancielle. Cette somme permettrait, si elle était conservée, de maintenir le système au même niveau – déjà critique – que celui de l’an dernier.
Naturellement, vous mettrez en avant un léger desserrement des perspectives d’augmentation de l’ONDAM, fixées à 2,5 % au lieu de 2,3 % l’an dernier. Elles demeurent pourtant bien en-deçà des 4,5 % nécessaires au maintien du système. Au demeurant, si nous avions eu l’impudence de croire à un desserrement progressif, il n’en est rien. D’ores et déjà, le retour à une augmentation de 2,3 % est annoncé pour l’année prochaine.
À cet objectif, il conviendrait d’en adjoindre deux autres, si l’on voulait penser les choses autrement : l’ONMDEC – objectif national maximum de dépenses en exonérations de cotisations – et l’ONRAM – objectif national de ressources pour l’assurance maladie. (Rires et applaudissements sur les bancs du groupe GDR.– M. Ruffin applaudit également.)
Monsieur le ministre, madame la ministre, vous qui voulez maîtriser les dépenses, que n’évoquez-vous la maîtrise des ressources, lesquelles sont ainsi dilapidées, aggravant la dette sociale tout en faisant défaut au bien public ? Vos mesures contribuent à priver la sécurité sociale de moyens.
Ce faisant, vous créez les conditions d’une incapacité à honorer la promesse républicaine inscrite dans le Préambule de la Constitution de 1946, dont le premier alinéa dispose que « tout être humain […] possède des droits inaliénables et sacrés ». On y lit également, à l’alinéa 10, que « La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement » et à l’alinéa 11 que celle-ci « […] garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs ».
Chaque année, nous sommes placés dans le tambour d’une machine à laver dont l’eau est trop chaude, sans jamais en tirer les leçons. Or, année après année, cette constante dessine un projet, celui d’une sécurité sociale transmutée en caisse de secours et d’assistance, réduite au point de tendre vers un socle minimum d’allocations en vertu duquel trop de prestations sont toujours plus conditionnées, et in fine vers une sorte de dispensaire social dérapant d’une logique de droits à une logique d’octroi, opposant la solidarité envers les plus fragiles aux droits pour toutes et pour tous et affaiblissant notre capacité à faire société.
Cette évolution s’inscrit dans la droite ligne de la critique d’une prétendue « société des statuts », selon la formule du Président de la République, ainsi que du choix des droits réels contre les droits formels et du renoncement indéfendable consistant à opposer de petits droits réels à de grands droits formels, tout en ménageant des espaces à ceux qui peuvent s’offrir mieux parce qu’ils le valent bien. Des démarches de contournement sont amorcées en vue de restituer au marché une part de ce qui lui échappe depuis trop longtemps.
Il faut reconnaître que la montée en puissance de la sécurité sociale a été stoppée bien avant votre arrivée. Il faut également reconnaître que vous ne faites que poursuivre ce qui a été entamé avant. Le vernis « libérer, protéger, unir », mauvaise déclinaison de la devise républicaine qui aboutit à dégrader celle-ci dans le concret de l’existence, ne suffit pas à masquer cette philosophie, laquelle transforme profondément notre matrice sociale.
En effet, ce ne sont pas uniquement les ressources de la sécurité sociale que vous asséchez, mais aussi sa sève fondatrice. La fin de la cotisation est en germe dans vos orientations. Vous la justifiez par la volonté – invérifiable – d’augmenter le pouvoir d’achat immédiat. La cotisation permet pourtant d’articuler les temps de la vie, l’urgence et les jours lointains, les besoins des uns à ceux des autres, les accidents et les âges passants, et l’assuré à l’organisme de sécurité sociale, lequel lui appartient en partage avec ses semblables. Elle aurait pu être l’instrument d’une universalisation accrue des dispositifs de sécurité sociale et d’une redistribution renforcée des richesses au profit de nos concitoyennes et concitoyens.
Au contraire, vos promesses d’universalité demeurent ensablées dans une logique purement comptable. L’étatisation et la fiscalisation progressive de notre plus grande institution sociale et solidaire, que vous entendez renforcer demain en organisant la fongibilité des budgets respectifs de l’État et de la sécurité sociale, n’est pas assortie d’une véritable promesse de progrès, au contraire. Elle est le levier servant à demander de nouveaux sacrifices sur les pensions, les allocations et le système de santé.
Toutefois, je salue deux intuitions méritoires. Le reste à charge zéro s’inspire d’une bonne idée. En effet, les prothèses dentaires, optiques et auditives sont inabordables pour trop de nos concitoyens, en raison du faible taux de leur remboursement par la sécurité sociale et de tarifs prohibitifs – et le marché a pris ses aises. Il faut espérer que ces mesures n’auront pas d’incidence sur ce qui sera exclu du panier de soins de base que vous avez défini, car il existe un risque de report.
Par ailleurs, le renoncement aux soins ne s’arrête pas là. L’orthodontie, par exemple, fait partie de ces soins auxquels trop d’entre nous renoncent, avec les conséquences qui en résultent sur la santé bucco-dentaire et sur la santé tout court. Citons également les médicaments déremboursés au fil des ans, la participation financière exigée pour les journées d’hospitalisation et même pour les consultations, la faiblesse du tiers-payant et le coût des complémentaires santé, auquel s’ajoute celui des surcomplémentaires, dans un secteur devenu un marché où des actionnaires viennent réaliser des plus-values, et ce sans compter les frais annexes !
Il faudrait amorcer un mouvement profond menant à une véritable prise en charge à 100 %. Nous plaidons pour que la sécurité sociale ne décroisse pas. Je rappelle en passant que vous avez renoncé l’an dernier à l’ambition du tiers payant généralisé, madame la ministre. Il eût été heureux de s’en approcher au contraire, en l’appliquant à cette mesure, ce qui aurait des effets utiles.
De surcroît, la logique de contournement que j’évoquais tout à l’heure se niche au cœur même des mesures susceptibles d’avoir un effet positif. Nous en conservons les aspects positifs afin de construire autrement l’avenir. Tel est le cas du reste à charge zéro, mais aussi de l’aide à la complémentaire santé. Par le biais des cotisations mutualistes, vous ferez supporter aux assurés une part non négligeable du coût de ces deux mesures.
D’après une étude indépendante parue aujourd’hui, les tarifs devraient augmenter de 7 % au cours des trois prochaines années, en vertu de la démarche de l’autofinancement déjà à l’oeuvre l’année dernière. Madame la ministre, votre plan s’intitule 100 % santé, nous en sommes très loin. Faites-le, faisons-le, en progressant vers un 100 % Sécu !
La deuxième intuition positive consiste à remettre en cause la tarification à l’activité, pour l’heure de deux pathologies. Nous demandons l’abrogation de la tarification à l’activité, mesure insensée et dévastatrice depuis sa création. Cette évolution pourrait aboutir à une autre philosophie de l’accueil, du soin ainsi que des relations entre la ville et l’hôpital, à quelques conditions toutefois, notamment l’existence d’enveloppes suffisantes, tant par patient que globalement. Enfin, au titre des mesures positives, on pourrait évoquer le dépistage précoce de l’autisme et quelques dispositions favorables aux indépendants.
Toutefois, rien de tout cela ne tombe du ciel. Rien de tout cela n’est dû à une générosité naturelle du Gouvernement. Tout cela est le résultat d’une situation intenable, faite de luttes dans le pays et de l’expression d’une colère, devenue si visiblement insupportable qu’il faut envoyer des signaux pour que ça ne craque pas.
Hélas, ces intuitions entrent dans un puzzle où elles jurent. En réalité, elles sont le bel arbre cachant la forêt qui l’est moins ; elles sont l’alibi fabriqué pour masquer le délit ; elles sont le paquet gratuit à condition d’en payer deux au prix de trois ; elles sont la publicité pour la lessive retenant la crasse avec ses petits bras musclés. (Rires sur plusieurs bancs.)
Il y a là l’habituel tour de passe-passe, la communication contradictoire brouillant les pistes. C’est l’effet boule de neige, caractéristique de votre discours, sur ce sujet comme sur bien d’autres – le pouvoir d’achat, par exemple. Lorsque l’on secoue la boule, la neige finit toujours par retomber. Nos concitoyennes et nos concitoyens s’en rendent compte.
Quelles sont les conséquences de vos choix structurants ? Si la sécurité sociale est excédentaire – une première depuis 2001 –, elle l’est au prix de sacrifices payés au prix fort. Les hôpitaux et les EHPAD sont parvenus au point de rupture. Les personnels n’en finissent pas de tirer la sonnette d’alarme, déplorant l’effacement de la dimension humaine de leur métier, si indispensable aux soins, l’indigence de moyens, la difficulté quotidienne à répondre aux besoins des patients, la démesure des injonctions, la catastrophe des fermetures en tous genres et les dérives de la confusion public-privé.
Vous alignez là, madame la ministre, des dispositions – dont certaines ont été adoptées par amendement – créant des zones de flou, des artifices et des rafistolages remettant en cause des principes pour un bénéfice sanitaire discutable. Dans ce contexte, comment s’effectuera la remise en cause – que nous avons tant espérée – de la tarification à l’activité, laquelle a lourdement contribué à marchandiser la santé et à favoriser une productivité insensée ? En outre, vous envoyez des signaux brouillés, monsieur le rapporteur général, en proposant un amendement visant à rémunérer les services d’urgence afin qu’ils refusent des patients.
En droit, une telle mesure nous semble constituer une sévère entorse au droit constitutionnel d’accès à la santé de toutes et tous comme aux principes du service public hospitalier et des pratiques des urgentistes. Elle soulève des questions sans réponses en matière de critères d’appréciation et de responsabilités des personnels de santé. Au regard de la situation actuelle, les hôpitaux méritent mieux que cela.
J’ai en mémoire les visages de ces femmes et de ces hommes travaillant dans les établissements que nous, parlementaires communistes des deux chambres, avons visités. Ils veulent faire leur métier et être respectés dans leur travail. J’ai en mémoire leurs paroles, empreintes de souffrance mais aussi de révolte. Au moment de prendre de lourdes décisions, j’aimerais que ces appels au respect de la dignité des soignants et des soignés résonnent ici. Pouvons-nous les ignorer ?
Pouvons-nous ignorer cette infirmière en psychiatrie qui ne veut plus enfermer et droguer ses patients mais demande le droit de les soigner ? Pouvons-nous ignorer cette aide-soignante qui a cinq minutes pour faire une toilette ? Pouvons-nous ignorer ce patient à qui l’on devrait prendre le temps de donner à manger ? Pouvons-nous ignorer ce médecin qui refuse de renvoyer des malades venus aux urgences par manque de lits ?
Pouvons-nous ignorer ces personnels qui demandent que l’on embauche des collègues et refusent que des boîtes privées se disputent des marchés d’entretien qu’elles n’honoreront qu’à moitié, faute de personnel formé à ce lieu singulier qu’est l’hôpital ? Nous ne le devons pas.
Hélas, rien de tout cela n’entre dans les cases des tableaux qui nous sont présentés. La communauté hospitalière, dans toute sa diversité, le dit. Ses membres reçoivent les annonces du plan santé comme la négation de tout ce qu’ils vivent quotidiennement, comme si l’on pouvait s’en sortir en jouant au Rubik’s Cube.
J’évoquerai un autre marqueur, sur lequel vous insistez avec obstination. Les retraités voient leurs pensions désindexées. Celles-ci ne seront revalorisés que de 0,3 %, alors que l’inflation s’élève à 1,3 %. Il s’agit d’une nouvelle attaque contre leur pouvoir d’achat, après l’augmentation de la CSG pour 8 millions d’entre eux et particulièrement d’entre elles. C’est une nouvelle ponction de 7 milliards d’euros en deux ans, représentant, pour un retraité touchant une pension de 1500 euros, 180 euros de manque à gagner.
Tel est le premier étage de votre réforme des retraites, madame la ministre, au sujet de laquelle vous avancez sur la pointe des pieds, munie de slogans trompeurs, afin de préparer doucement l’opinion à la logique d’individualisation des droits et de non-garantie du taux de remplacement. Vous avez évoqué tout à l’heure un projet de loi ad hoc sur les retraites ; permettez-moi de vous dire que nous craignons un projet de loi Tintin ! (Rires et applaudissements sur les bancs du groupe GDR.)
Dans le pays, la colère des retraités est immense et n’en finit pas de se manifester. La piètre reculade que vous avez annoncée s’agissant de la CSG voici de longs mois ne concerne qu’un petit nombre d’entre eux. Surtout, elle constitue un aveu.
Allez au bout de votre prise de conscience ! Arrêtez de piller les retraités de notre pays ! Les APL et les allocations familiales sont aussi dans le viseur. Vous avez le coup de rabot bien sélectif !
Je recevais hier dans ma permanence un couple de salariés aux revenus modestes, parents d’un enfant et d’un autre à naître, cherchant un logement et percevant 30 euros d’APL pour 950 euros de loyer. Nous mesurons là le double effet Kiss cool de votre politique en matière d’APL, déjà amputées de 5 euros par mois l’année dernière.
Nous préférons rémunérer le travail, répondez-vous. Tout cela en fait partie ! Au demeurant, il est difficile de rémunérer le travail en arrosant si généreusement le capital. Forts de votre marotte de la baisse du coût du travail, vous reprenez désormais de vieilles mesures acclamées par la droite et prétendez donner un coup de fouet au recours aux heures supplémentaires, comme si la durée légale du travail n’était là que pour être transgressée, comme si les équilibres de vie ne méritaient pas d’être traités un peu moins à la légère par la puissance publique, comme si le travail ne méritait pas d’être mieux payé ! Cette logique de remise en cause des droits, vous ne vous en écartez pas lorsque vous envisagez de récupérer, sur toute allocation disponible, tout éventuel trop-perçu par un assuré.
Un mot encore sur le pouvoir d’achat. Instruit par l’expérience des débats en commission, je crains que nous n’entendions à nouveau le même discours ronronnant, expliquant comment le génie de la lampe va bientôt faire apparaître des pièces d’or sur la fiche de paie. (Rires sur divers bancs.)
Ce discours ne paie pas et ne passe pas. Le tour de passe-passe par lequel vous mêlez cotisations sociales, CSG et taxe d’habitation s’achève en une grande bouillabaisse où l’on ne retrouve pas ses poissons. (Rires sur les bancs du groupe GDR.) La moindre des choses que vous puissiez faire serait de voter une progressivité accrue de la CSG afin de rendre cette mesure un tantinet plus équitable, même si cela ne changera pas la face de la sécurité sociale.
Nous voici donc, avec d’autres propositions, car il faut revoir la copie. Tout d’abord, il faut s’atteler à mobiliser des ressources en mettant un terme à la prolifération des exonérations, en attaquant la fraude patronale aux cotisations sociales, en supprimant la taxe sur les salaires dans les établissements hospitaliers et les EHPAD, en renforçant la contribution sociale des entreprises générant des accidents du travail et des maladies professionnelles, en revenant au régime de la cotisation sociale, en soumettant à cotisation sociale les revenus financiers, en mettant les mains dans les bénéfices financiers des laboratoires pharmaceutiques et en regardant de près le financement public des grandes enseignes de cliniques et d’établissements privés.
Il faut décider d’un plan d’urgence pour l’hôpital, avec un volet formation, un volet embauches, un volet investissements, un volet restructuration de la dette. Il faut donner l’impulsion nécessaire au développement de centres de santé, conventionner les EHPAD, créer en créant un pôle public du médicament, en régulant les prix et en tenant compte dans la fixation de ceux-ci des aides publiques versées, en promouvant la santé au travail au lieu de développer les journées à rallonge, les semaines à rallonge, les années à rallonge parce qu’on se refuse à rémunérer le travail correctement.
Oui, la prévention doit être une priorité. Elle appelle bien sûr des politiques de santé. Mais elle appelle aussi la remise en cause des modes de production, de consommation, de transport, des modes de vie – bref, des changements profonds pour sortir du système sur lequel l’argent-roi pèse de tout son poids.
Un certain nombre de ces sujets seront absents du débat, puisque la trieuse déchaînée de l’Assemblée nationale est passée par là et qu’un nombre étonnant d’amendements ont fini au broyeur.
Pauvres amendements, jugés irrecevables parce que suspectés de s’être faufilés avec une dépense sur le dos ou un sujet indésirable en bandoulière ! Ce sont là des appréciations politiques discutables et que, comme parlementaires, nous n’avons aucun moyen de discuter. Notre discussion en sera appauvrie et nos décisions grevées.
Chères et chers collègues, des conseils de surveillance d’hôpitaux votent contre les budgets présentés parce qu’ils les savent insoutenables. La Fédération hospitalière de France a critiqué le cadre proposé. Les conseils d’administration des caisses de sécurité sociale ont voté contre ce projet. Il nous reste à amplifier ce mouvement, ici, dans l’hémicycle, pour qu’il se passe enfin quelque chose. Rejetons ce projet pour le repenser de fond en comble. Rendons visible ici ce qui monte dans tout le pays. Disons avec celles et ceux de nos territoires que ce n’est juste pas possible.
Le Président de la République ne sera pas très content, mais notre légitimité ne peut en permanence s’effacer devant la sienne.
N’ayez pas peur de l’affaiblir, madame la ministre. Au contraire, vous lui donnerez sans aucun doute de la force pour obtenir un autre cadre et construire une véritable loi de financement de la sécurité sociale.
Ne me pincez pas trop fort si je rêve, les urgences risquent de me renvoyer... (Applaudissements sur les bancs des groupes GDR, FI et SOC, ainsi que sur plusieurs bancs du groupe LR.)"

mardi, 23 octobre 2018   




vendredi 12 octobre 2018

Pigeons ?

Il est parfois des récréations dans la vie, des temps de pur bonheur, des moments qui nous plongent au cœur de notre monde comme on voudrait qu'il soit, débarrassé des misères inutiles et encombré de rires, d'émotions partagées... Un peu comme si chacun s'autorisait à comprendre ensemble qu'il est possible de vivre... mieux !


Hier soir à Bourbon, le NABAB avait ouvert sa scène à GOVRACHE, et ce fut un de ces moments de pur bonheur, de poésie en majuscule, d'émotions partagées.
Bravo l'artiste, ta fable est belle...
En parler et l'aimer,
C'est déjà l’abîmer.
Chut ! 
... et si possible, rendez-vous à La Cigale le 16 mars 2019 !

lundi 8 octobre 2018

Ex votos

... de mauvais tableaux dont le sujet est pieux.
Les communistes avaient été appelés à se prononcer sur la "base commune de discussion " de leur prochain congrès...
Habituellement la direction sortante est reconduite avec l'assentiment de la base face à quelques franges contestatrices dont la minorité prétexte l'exercice démocratique du choix. Cette fois-ci les bouleversements qui ont secoué toutes les formations politiques depuis quelques années s'en viennent à ébranler jusqu'au PCF... 
Le texte de la direction n'est plus majoritaire... 
& une majorité se rend enfin compte que les stratégies déployées, qui n'étaient autre que tactiques opportunistes pour sauver quelques meubles à court terme, de la "gauche plurielle", au "grand rassemblement populaire majoritaire", au "Front de gauche" brandissant "l'humain avant tout", le PCF paye aujourd'hui les frais d'une entreprise de démolition bien organisée depuis le passage de Robert Hue à sa direction, passage qui a scellé la main-mise des élus sur l'organisation.
Pour en mesurer l’efficacité, il suffit de suivre le parcours de Robert Hue, une excellente tenue de route dans les virages à droite.
Mais au fond aujourd'hui, rien de bien considérable, sinon que le député est venu à bout du sénateur dans un parti depuis longtemps, et comme tous les autres, accaparé par des élus qui s'en servent plus qu'ils ne les servent, au détriment de ses militants réduits au rôle ingrat de courtisans dociles.
Les discours sont toujours de paroles verbales ou verbeuses, c'est selon pour précipiter un peu plus la dégringolade d'une organisation dont les candidats sont d'autant plus choyés qu'ils sont moins communistes.
Si le parti communiste doit se voir reconnu un mérite, c'est celui d'avoir résisté plus longtemps que tous les autres à la grande mutation confirmée avec l'arrivée de la macronie, attroupement de fidèles béats au pied de leur idole.
La France est passée de la Républiques des Idées (des idéaux et de la construction idéologique...) à une République des Ambitions dans laquelle la fin justifie les moyens, une bien triste médiocratie.

vendredi 5 octobre 2018

De répliques en répliques

Séisme dans un verre d'eau... Un verre d'eau suffira-t-il à éteindre l'incendie ?

Les poids lourds de la macronie rentrent au garage pour régler leurs problèmes de tenue de route et de logiciel "anti-populisme" truqué pour passer le cap de l'homologation électorale de 2017.
L'ex-prochain maire de Lyon a voulu rivaliser d'originalité avec Nicolas Hulot pour quitter son ministère ; "non mais, gouverne si tu veux, c'est moi qui décide !". 
La passation de pouvoirs sur le perron du ministère s'est faite grave en grandes pompes funèbres entre deux croque-morts de la République (lois travail, asile immigration...).
On s'est aimé comme on se quitte, disait la chanson... De mariage d'intérêt en rabibochages intéressés, la République est gangrenée par les petits commis de la finance qui se voudraient maîtres du monde et de la destinée des peuples, une petite aristocratie indemnitaire.
Le mal est d'ailleurs si profond qu'il infuse jusqu'au plus bas niveau de nos institutions dans un régime qui nous a fait passer de la République des idées à celle des ambitions.
La chute de l'article que Lionel Venturini consacre à la démission de Gérard Collomb dans l'HUMA du 4 octobre fait une bien belle morale à la fable :
"... Collomb, quarante et un ans de mandats derrière lui, sait où l'arrogance en politique peut conduire, au terminus des prétentieux."

Nombreux sont ceux qui devraient méditer cette maxime le matin en se brossant les dents à la lime.

Grand dessein...


Un petit dessin en dit parfois plus long qu'un grand discours...
La 5ème République bascule ses 60 ans. N'est-il pas temps de lui souhaiter une bonne retraite en donnant du boulot à une jeune 6ème République qui nourrirait de grands desseins pour un peuple français réconcilié avec sa politique.

mercredi 3 octobre 2018

vrai ou faux

Il faut quelqu'un de disponible pour le ministère de l'intérieur...
Il faut un proche du président, quelqu'un qui s'y connait en matière de sécurité, quelqu'un qui a fait ses preuves...
... Alexandre Benalla pourrait bien faire l'affaire !
Non ?

lundi 1 octobre 2018

Attention danger !

… ça fait un peu froid dans le dos !


A un moment où l'Etat s'oriente vers la privatisation d'installations hydroélectriques n'y a-t-il pas de quoi s'inquiéter quand la gestion du risque va devoir arbitrer entre la vie ici d'ici et la mort d'ici pour le profit d'ailleurs. Le scénario catastrophe n'a-t-il sa place que sur les écrans de science fiction ?

dimanche 30 septembre 2018

De la République des Idées à la foire aux ambitions.

Depuis quelques années le fait présidentiel s'est affirmé dans des institutions Françaises façonnées par De Gaulle, un personnage qui s'identifiait tellement à la France qu'il semblait en habiter la grandeur en s'imaginant qu'elle épousait ses vues...
Puis vint le temps des valets avec l'intermède intellectuellement brillant de Pompidou avant l'habit trop grand pour lui d'un Giscard à qui la particule servait de talonnette.
Il y eut quelques temps le ricochet gaullien de Mitterrand dont la gauche illusoire s'éteignit au premier courant d'air dès 1983.
Et depuis ?
Les idées jetées dans l'oubli avec la fin proclamée des idéologies dont on prétendit qu'elle avaient fait la misère su monde, la place est libre pour les petits qui singeaient la grandeur. 
Vient le temps des ambitions.
De De Gaulle à Giscard on était passé de Napoléon 1er à Napoléon le Petit. Autant le premier avait pu exister résistant à quelques puissants (sortie du commandement intégré de l'OTAN...) autant l'autre se couchait bourgeois de Calais en donnant les clés des finances publiques aux banques privées (loi Pompidou-Giscard-Rotschild), ce qui est directement la cause de la "dette publique" dont l'excès fait se pâmer d'effroi tous les grands commis du monde de la finance, politiques et patrons confondus.
L'Etat s'endettant auprès des banques privées, il ne peut que s'appauvrir des intérêts qu'il verse pour engraisser les actionnaires des opérateurs des marchés financiers... Le jeu des taux d'intérêt est un peu celui des ficelles des marionnettes au bout des fils desquelles gesticulent nos gouvernants d'aujourd'hui.
A tous les niveaux, la gangrène achevant une démocratie épuisée, seules les ambitions gouvernent les jeux politiques ; et les funambules passent d'un perchoir à l'autre, d'une mangeoire à l'autre, tout affairés qu'ils sont à séduire le mentor du moment en assurant le spectacle des illusions qu'ils prodiguent... Mais oubliant surtout qu'ils sont libres que derrière les grilles de la prison dorée de la ménagerie qui les tient hors du monde.
Les accidents sont aussi parfois le lot des acrobates de ce grand cirque mortifère. Mais "The show must go on !", et Strauss-Khan ou Fillon vont pantoufler dans quelque reposoir doré comme chevaux ou lions vont finir leurs vieux jours... Pendant que les ambitions succèdent aux ambitions !
The fric must grow up !

mardi 25 septembre 2018

lundi 24 septembre 2018

La Régression En Marche

Le renversement du paradigme de notre République opéré par la clique Macron depuis ses tout débuts en fanfare électorale commence à devenir incontournable pour les observateurs jusqu'aux plus macron-compatibles de droite... comme de droite.
Les dernières phases législatives emballées avec l'assentiment bienveillant des troupes godillottes de Jupiter conduisent à un renversement des codes de la République construite en deux grands siècles avec une citoyenneté mise à mal dans les dernières décennies.
Pour s'en convaincre il suffit de recoller les morceaux d'un puzzle donné à reconstruire aux électeurs SANS LEUR FOURNIR L'IMAGE DU RÉSULTAT !
Un caillou blanc sur le chemin...
Le malaise des élus municipaux démissionnaires est symptomatique ; ce sont généralement des maires de petites communes, de ces villages qui n'existent plus guère et qui grelottent sous les vents mauvais des réformes accumulées ces trois dernières décennies, déshabillés de tout !
Plus d'activités ni de travail, plus de commerces, plus de services publics, plus guère d'associations... Et comme pour conjurer une évolution qu'on ne voulait pas comprendre comme l'effet d'une politique bien déterminée, on se laisse conduire en laisse vers les regroupements pédagogiques intercommunaux pour conserver une illusion d'école... On rachète la licence IV du bistrot qui ferme pour le refaire fonctionner... On rachète un ou deux bâtiments pour y réinstaller l'épicerie disparue... On rénove une ou deux vieilles bâtisses pour en faire des logements, histoire de remplacer ceux dont la vie s'achève par quelques familles qu'on exile à la campagne pour libérer LA VILLE de ses taches de misère en même temps que les bailleurs sociaux mettent du locatif en accession à la propriété, histoire de limiter encore un peu plus l'accès au logement des plus faibles... On contribue joyeusement à la construction de la Maison médicale de la Communauté de communes qui réussira peut-être à séduire un médecin étranger...
Ce n'est pas un petit caillou blanc, mais bien une carrière du granit dont on fait les tombes que certains maires découvrent, impuissant à faire vivre leurs illusions.
Ce ne sont pas les petits carriéristes qui démissionnent, ceux pour qui la République généreuse salarie une occupation qui a cessé depuis bien longtemps d'être un véritable engagement politique au vrai sens du terme. Ce sont généralement des gens de bonne volonté qui se réveillent tardivement d'une anesthésie au hochet. Ils ont été élus dans une commune dont ils amenuisent volontairement l'existence pour dépasser les obstacles de leur pauvreté en se confiant à des communautés d'autant plus grandes qu'elles ne sont pas générées par la volonté commune de coopérer mais par l'injonction institutionnelle. Et désormais les élus d'élus, petits sénateurs des champs gouvernent des espaces étrangers aux citoyens qui les composent. Le lien du maire et des élus municipaux avec leur communauté citoyenne a désormais disparu et se perd dans la brume des délégations de "compétences", chacun ne sachant plus guère qui fait quoi... Et cette ignorance organisée bien sûr indispensable pour que l'usage de l'argent public soit désormais orienté massivement au financement des activités privées, les missions de service public devenu malicieusement "service au public" pour être privatisées...
Il est bien rare que ce soient les présidents de communautés qui démissionnent, ou leur cortège des vice-présidents qui ont toujours leur hochets en mains en s'imaginant que ce qu'ils font est de leur ressort... Mais font-ils bien autre chose que ce que les préfets leur font faire ?

Le coup d'état transparent a déjà mis à mal la démocratie républicaine à sa base en effaçant les "territoires" communaux. Il accélère le processus à la tête de l'Etat avec la poursuite du "moins d'Etat", de la réduction de la dépense publique, qui ne se fait jamais qu'avec un recours plus massif à l'initiative privée et l'augmentation des coûts de service qui l'accompagnent, profit oblige, à la révision du cadre même de l'action publique, remise en cause des statuts des agents publics dont on voudrait désormais qu'ils soient alignés sur le droit privé.
C'est aussi tout le sens d'une réforme conduite sans assez de tapage dans l'Education nationale. Pour faire court, le modèle Macron Blanquer vise à transposer de l'école à l'université le modèle de start-up intégrées au marché, avec des "chefs d'établissement" dont la professionnalité passerait de la sphère pédagogique à celle de petit commis de Bercy, n'ayant de comptes à rendre qu'au "ministère des comptes publics" (une appellation qui n'est pas anodine!), petits chefs recruteurs d'individus détachés de leur collectif professionnel au profit d'un modèle de porteurs de projets contraints dans la tenaille des objectifs et des moyens qu'on leur donne. 
C'est le modèle dévastateur de la sous-traitance qui conduit à faire faire toujours plus avec moins... et qui au bout du compte fait mal faire par des travailleurs mal travaillant et mal vivant aux coûts élevés justifiés par le prélèvement des rapaces de la finance...
C'est le modèle qui sévit déjà dans le monde des maisons de retraite, des établissements de santé...

La où la chose est grave, c'est que l'école a aussi pour mission de former les citoyens de la République de demain... Elle est bien partie pour dessiner le portrait collectif d'un peuple d'esclaves de la finance par le biais de l'individualisation et du consumérisme conjugués. Avec une armée de métier histoire de garantir la tranquillité !

mercredi 19 septembre 2018

Valeurs

347 000 euros ramassés en trois jours par la boutique aux effigies de Macron à l'Elysée valent mieux que 500 000 citoyens réjouis de cultures, de débats, de musiques et de rencontres à la fête de l'Huma ! 
Des heures d'antenne et des pages d'encre pour les adorateurs du veau d'or...
Rien pour le peuple ordinaire !



lundi 17 septembre 2018

boutique éphémère...

Imaginez un instant Tante Yvonne derrière son étalage vantant le T-shirt barré d'un "Je vous ai compris !" ou le mug décoré à l'effigie du Grand Charles...
Pas possible ?
C'est effectivement peu réaliste de l'imaginer !
Le grand vent de la modernité soufflant de la droite et la page du Respect depuis longtemps déchirée du dictionnaire, aujourd'hui tout est possible, tout est réalisable...
Et il y a eu assez de benêts pour mettre 350000 euros dans les caisses de la boutique élyséenne...

Dans ces conditions le gouvernement peut considérer à juste titre qu'il reste encore des marges considérables pour ponctionner les tirelires !

En fait de produit dérivé, le plus pur est derrière le bureau présidentiel qui sert de présentoir aux banquiers qui l'ont propulsé là ; c'est le boutiquier de l'Elysée, homme de paille de la Haute Finance qui va privatisant jusqu'à l'esprit même de citoyens incapables de s'émouvoir de telles guignolades, du loto du patrimoine et de tant d'autres chef-d’œuvres...

Qui va se réveiller pour faire en sorte que la boutique élyséenne, arrière cuisine de la bourse, se ferme au plus vite ?

https://www.haute-garonne.fr/agenda/visite-objets-de-propagande-au-musee-de-la-resistance



 Le monde et les temps changent... ?









mardi 4 septembre 2018

Souvent

Celui qui travaille
Mange la paille.

Celui qui ne fait rien
Mange le foin...

Proverbe agennais

jeudi 30 août 2018

Au fait on en est où ?

Merci à Matthieu Van Niel
Dans cette représentation graphique d'une échelle de développement, Matthieu Van Niel représente au mieux les différents stades d'intégration active d'un individu dans la société...
En s'intéressant à la façon dont les gens construisent leur pensée, plutôt qu'en se focalisant sur ce qu'ils pensent ou font, on est nécessairement plus à même de les comprendre et surtout de les amener à évoluer dans leur comportement aussi bien que dans leur pensée.
... et à tous les stades on peut aussi repérer la tendance facilitatrice ou bloquante de l'individu selon qu'il sera emprisonné dans le miroir de son EGO,  être superficiel, Moi Je, isolement, critique, hostilité, ressentiment, orgueil, plainte, jalousie, colère, domination, matérialisme, froideur, intolérance, égoïsme, duplicité, passé et futur sans présent... ou ouvert au monde qui l'entoure avec de l'esprit, un Vrai Soi, altruisme, compréhension, pardon, amour, gratitude, tolérance, paix, humilité, sagesse, empathie, unicité, présent avec passé et avenir en perspective...
Sans oublier les cocktails qui associent quelques éléments antagonistes !

samedi 28 juillet 2018

vivement que la concurrence...

... soit sur les rails !
Dans le cadre de la concurrence libre et non faussée chère aux adorateurs béats de Jupiter, les trains mettent désormais aussi longtemps que les cars Macron pour relier l'Auvergne à la capitale !
Avant-hier l'Intercité Clermont - Paris est arrivé avec 3 heures 45 de retard...
Hier l'Intercité Paris - Clermont n'est arrivé à Clermont qu'avec 2 heures 30 de retard !
Et dans le même temps un incendie dans une installation d'EDF a mis la pagaille gare Monparnasse en plein départ en vacances avec des milliers de voyageurs en galère pour partir comme pour arriver...

Attention un train peut en cacher un autre !
Il y a quelques jours le grand épicier Leclerc annonçait son entrée sur le marché de la distribution d'électricité...
Rien à voir ?
Et la trop fameuse réforme macronnienne de la SNCF prépare à l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de passagers...
Rien à voir ?

Alors, bon voyage En Marche arrière vers le futur !
Imaginez-vous avec une poignée d'opérateurs de transport ferroviaire de voyageurs au moment où la panne d'alimentation électrique intervient et qu'il faut réduire la circulation des trains... Quels sont ceux qu'on arrêtera d'abord ? ceux de l'opérateur "public" ou ceux des privés qui vont réclamer des compensations financières pour l'entrave à l'exercice de leur business ?
Quant aux client électriques de Leclerc... coupés comme les milliers de foyers parisiens depuis hier ? 
Ces deux seuls exemples des aléas de service rendu par d'ex Services Publics en mal d'existence depuis que les privatisations et la loi du marché les gangrène jusqu'à l'os suffiraient à faire comprendre l’imbécillité de la dérive libérale dont la communication embrume les consciences.
A quand le réveil citoyen et la reconquête du bien public ? 
C'est la Liberté et l'Egalité qui sont à ce prix. Quant à la fraternité ?

NB : le timbre va bientôt augmenter et désormais dépasser un euro pour un envoi "normal"...
Au moment des vacances il peut être intéressant de réfléchir à l'affranchissement des cartes postales ; des objets qui ont mobilisé photographe et services d'éditions, sans compter les distributeurs et les acheminements intermédiaires... et au bout du compte l'objet ne vaudra guère et au mieux que la moitié du prix de son acheminement par la Poste... La politique tarifaire de la Poste ne peut guère aboutir qu'à l'accélération de la désaffection des usagers pour le courrier "papier".
La fragilité et la volatilité des échanges numériques foisonnant aujourd'hui ne saurait rivaliser avec les traces conservées et parfois retrouvées après des décennies ou des siècles.
... En Marche arrière vers le futur.


vendredi 27 juillet 2018

Routes en déroutes

à lire dans l'Huma Dimanche du 26 juillet...

Ça va mieux en le disant... et en observant tout au long des trajets point n'est besoin de nouveaux panneaux de limitation à 80 km/h, la prudence invite à la modération, ne serait-ce que pour ménager aussi bien son dos que les suspensions de sa machine...
Pénurie de bitume...  Il n'en faut pas trop quand pour faire du neuf on badigeonne les bosses et les trous pour y coller les gravillons qui voudront bien rester en place quelques mois sous les pneus des attelages agricoles à 45 km/h sous le cagnard estival ; un maire voulant satisfaire ses administrés à l'économie disait "qu'un peu de pisse et trois pelles de gravillons suffisaient bien"...
A l'exception des autoroutes que l'usager devenu client paye au moins deux fois, le reste peut rester en friche pour desservir des territoires en friche économique et sociale.
Quand des élus locaux répondent à 94% que, face à l'état des routes dégradé ou très dégradé, leur principale préoccupation est d'ordre financier et d'assistance technique, il serait utile de leur rappeler que le "moins d'Etat" et la casse des Services Publics qui venaient en appui aux collectivités ne sont pas du fait des citoyens usagers d'un réseau dégradé, mais bien le fait de choix politiques que ces mêmes élus ont fait, du plus petit conseil municipal jusqu'au parlement.
Dans un budget, l'argent ne sert qu'une fois, et tout ce qui est consacré au service d'activités privées ou d'activités de substitution de services abandonnés par les collectivités qui en avaient la charge ne peut pas être investi dans l'entretien des routes par exemple... sans compter que des travaux d'entretien ajournés déclenchent des réfection toujours plus coûteuses et sont dommageables à la qualité du service.
Quant au service que rendait jadis les services de l'Etat aux collectivités en matière de maîtrise d'oeuvre, il est aujourd'hui remplacé par les services coûteux de cabinets d'architectes et bureaux d'études sollicités dès qu'il faut délimiter les contours compliqués d'un parterre... 
Partenariats public-privé, mise en concession, autant de solutions d'évitement contraintes par l'état des finances publiques qui par ce biais font basculer quelques milliards supplémentaires du bien public dans l'escarcelle du privé,  l'évidente nocivité de l'entretien de ce cercle vicieux échapperait-elle à celles et ceux qui, élus de la République, se réclament du progrès social ? 
D'aucuns croient peut-être que la fréquentation des riches les rendra moins misérables...





mercredi 25 juillet 2018

Affaire... Quelle affaire ?

Ça se passe le 1er mai, et l'éruption n'intervient qu'au beau milieu de l'été !
Le couvercle de la cocotte minute est bien serré. C'est juste un soupir de la soupape qui lâche une vapeur fétide sous le stylo trop curieux d'une presse encore "libre".
Alors là, grand chambardement, on va voir ce qu'on va voir, commissions d'enquêtes parlementaires, police, justice, médias directs à en faire oublier le Tour de France... jusqu'à la fuite présidentielle de ce matin : si on me cherche on va me trouver ! non mais des fois !
Le tout avec le sourire Signal rayé bleu blanc transfiguré en rictus de campagne électorale, d'un président brayant fort et sec que c'était lui le seul responsable !
Ça, on le savait déjà, depuis qu'il avait dit merci aux retraités après leur avoir piqué un supplément de CSG... Depuis qu'il va guerroyer de par le monde avec son joujou militaire professionnel pour vendre encore plus d'armes au pays dont les peuples crèvent de faim... Depuis que les groupes de pression du privé tirent de plus belle les ficelles d'un gouvernement de paille pour prendre la revanche tant espérée par le patronat sur les conquêtes de 36 ou de 45... Depuis que le mensonge institutionnalisé de la communication politique tient lieu d'argumentaire pour faire croire qu'on s'intéresse à l'école en déclarant les classes de CP dédoublées : le département de l'Allier doit être jumelé avec le 16ème arrondissement parisien puisque ses CP dédoublés se comptent sur les doigts d'une main dans la seule ville de Montluçon... 
A chacun son Trump.
Mépris et vulgarité sont les deux mamelles de la nouvelle donne, celle des amateurs friqués qui se croient tout permis, au point, et c'est peu dire, que jusque dans la presse chinoise il serait dit que les français sont désormais habitués aux violences policières !
La casse du Service Public, la casse de la Sécu, la casse des retraites, la casse des "territoires" comme ils disent, la casse... 
Non, c'est LE CASSE du siècle, qui arrache aux peuples d'ici et d'ailleurs leurs ressources aussi bien matérielles qu'intellectuelles pour les confisquer au seul profit d'une caste privilégiée qui s'imagine que la fortune est consubstantielle du pouvoir politique... et vice-versa.
Et malheureusement, les gesticulations politiciennes d'une opposition en miettes ne font qu'accompagner les explications aussi creuses qu'embarrassées d'une majorité dont les marionnettistes sont en vacances.La misère des uns faisant la richesse de l'autre, la récolte de la fortune passe nécessairement par la culture soignée de la pauvreté. La religion de l'individu et de la propriété qu'il s'accorde a de tous temps ruiné le collectif qui fait société... et ce n'est pas le slogan du "vivre ensemble" qui va ruiner la doctrine qu'il convient d'inculquer : hors du capitalisme point de salut !
C'est bien de s'insurger contre une réforme institutionnelle qui éloigne le peuple du pouvoir... mais on serait plus crédible si dans le même temps on ne se lamentait pas sur la mort des communes après s'être précipité goulûment sur les honneurs des communautés à la mode... mais on serait plus crédible pour défendre les Services Publics si on ne se réjouissait pas si bruyamment de la réalisation avec l'argent public d'une Maison de Service au Public qui met sur un agent les trente six casquettes d'un secrétaire de mairie dont on n'a plus besoin, d'un service de la préfecture réduit à l'Internet, d'un service de la Sécu ou des allocations familiales dont on n'a plus besoin, d'un agent de Pôle-Emploi dont on va pouvoir se débarrasser... Extraordinaire cette professionnalité hyper polyvalente qui renvoie à leurs chères études les professionnels des Services Publics, fonctionnaires sous statut, recrutés sur concours et naturellement soumis aux règles déontologiques qui vont avec !
Quand les collectivités se plaignent par ceux qui les gèrent d'une raréfaction dramatique des concours de la puissance publique au financement de leur fonctionnement et de leurs projets d'investissement, ne peut-on pas aussi s'interroger sur l'usage qui en est fait quand à défaut d'entretenir les chemins ou l'école, des budgets conséquents sont alloués au financement d'infrastructures dédiées à l'exercice privé des activités libérales, commerciales, artisanales ou industrielles...
Comment s'étonner ensuite que les missions de service public soient dévolues au privé dans de juteux contrats des "Partenariats Public-Privé" pour construire des routes, des prisons ou des écoles ? 
Tout se tient dans la dérive mortifère des institutions politiques ; du plus petit niveau jusqu'aux chargés de mission élyséens le pouvoir est d'autant plus "populiste" qu'il le dénonce, tout occupé à flatter sa cour béate, s'imaginant qu'une petite ceinture de courtisans bien agglutinés peut protéger des turbulences du peuple qui en viendra nécessairement à réclamer son dû.
Un jour viendra...



vendredi 15 juin 2018

Sécurité routière

Depuis le 1er janvier 2017 la législation européenne autorise les tracteurs agricoles à rouler à plus de 40 km/h, voire à plus de 60 km/h pour peu qu'ils soient équipés d'ABS...
Les législations nationales n'ont pas encore toutes intégré ces dispositions, mais comme les fournisseurs de matériel, et les banques qui en profitent pour capter les flux financiers des aides publiques, ne manquent pas de jouer d'influence ça ne saurait tarder...
Ça nous promet de belles rencontres sur nos routes des campagne entre ces gros bijoux rutilants et les bus du transport scolaire qui promènent 40 places vides dans leurs 13,5 m !
Les facilités déjà ouvertes par la loi Macron ne présagent pas de difficultés à l'inscription de ces mesures dans la loi française.
En voilà une belle contribution à la sécurité routière sur les routes des campagnes de France !
Encore un petit effort et la baisse de la vitesse autorisée des automobiles en fera des obstacles à la progression rapide des attelages agricoles conduits par des jeunes de 16 ans au boulot sans permis et des voiturettes sans permis des accros du goulot !

Puisqu'on sait faire aujourd'hui...
Un petit dispositif électronique, radar mesurant l'écart avec un véhicule précédent, permet de ralentir jusqu'à l'arrêt le véhicule suiveur...
Il suffit de l'asservir au clignotant manifestant l'intention du dépassement pour préserver de beaucoup de carambolages... et ce serait peut-être une bonne manière de faire respecter les distances de sécurité... en particulier dan les "trains de poids-lourds"...

La technologie du radar ne sauverait-elle pas plus de vies et n'épargnerait-elle pas plus de blessures qu'embarquée dans les tirelires ambulantes des chasseurs de PV privés ?

80 km/h

La polémique suit son petit bonhomme de chemin depuis l'annonce du 1er ministre concernant la limitation de vitesse sur les routes ne disposant pas de terre-plein central. Au prétexte de sécurité routière l'argumentation sent l'arnaque quand on constate l'état du réseau routier, et tout particulièrement celui des routes secondaires, départementales depuis que l'Etat s'est dessaisi de ses Routes Nationales.
Qu'elles soient inadaptées au trafic actuel ne fait aucun doute sur des axes très fréquentés et aux abords des villes. Mais comment en être surpris quand depuis des décennies c'est le tout routier qui a pris le pas sur le transport ferroviaire et les transports en commun, depuis que la priorité à la métropolisation s'est accentuée avec les mouvement pendulaires qui y sont associés dès lors qu'habiter en ville est interdit, faute de moyens, aux travailleurs urbains ?
De ce fait, rigueur budgétaire et dislocation des services de l'Etat s'y ajoutant, le réseau routier est dans un état pitoyable et l'infrastructure elle même devient accidentogène.
Il suffit de voyager un peu pour s'en convaincre et mesurer les véritables motivations de la mesure gouvernementale.
Le renchérissement constant des péages autoroutiers dissuade de plus en plus les usagers qui recherchent des solutions alternatives. Cette stratégie d'évitement est aussi courante chez les professionnels de la route qui, pour zapper un péage vont transiter la nuit sur des itinéraires de campagne qui ne les retardent guère.
Redonner bonne conscience aux élus départementaux qui n'ont pas les moyens d'entretenir convenablement leur réseau routier en abaissant la vitesse maximale autorisée ne coûte pas cher... et ça peut même rapporter gros avec l'arsenal répressif des contrôles radars automatiques ou confiés à des sociétés privées ! La police de la route devient milice maintenant que le gardiennage et la sécurité privée sont entrés dans les mœurs.
Sur la plan économique la mesure gouvernementale a surtout pour objectif de réorienter le trafic sur les itinéraires à péage.
L'expérience de la route montre deux choses tout aussi évidentes l'une que l'autre :

  • sur un trajet la différence en temps de parcours théorique est faible, moins de 5 minutes pour une cinquantaine de kilomètres.
  • la vitesse moyenne sur un même trajet en situation de circulation rend des résultats bien différents avec des effets de ralentissement accrus.

Les milieux urbains et sub-urbains d'ores et déjà engorgés et familiers des ralentissements et des bouchons grands pourvoyeurs de pollution ne seront pas impactés par la mesure et aucun des dégâts environnementaux ou des effets néfastes sur la vie des gens n'y sera corrigé.
Les milieu ruraux peu familiers des gens qui nous gouvernent vont par contre bénéficier de cette attention toute particulière à leur soit-disant sécurité.
Et dans tout ça la plupart des élus jasent depuis quelques temps sur la petite musique des limitations à la carte en fonction de la dangerosité des parcours... et on les comprends ! la pose de deux panneaux réduisant la vitesse à 80, 70, 50 ou 30 km/h va coûter bien moins cher que la rectification du tracé d'un virage, comme elle sera meilleur marché qu'un revêtement de qualité pour corriger creux et bosses... C'est aussi se donner de l'importance à bon marché.
Dans tous les cas, qu'il s'agisse du discours gouvernemental ou des propos d'accompagnement faussement contradictoires, ce sont les citoyens usager du réseau routier qui sont une nouvelle fois infantilisés et d'abord considérés comme délinquants potentiels.
Pour des gens qui prônent la "responsabilisation" à tous les carrefours de leurs propos, n'y aurait-il pas là un petit hiatus soulignant le côté faux-cul d'un discours politique masquant une dérive sécuritaire toujours plus axée sur le volet répressif, une dérive économique toujours plus orientée vers les péages aussi bien pour circuler que pour s'arrêter, une dérive sociétale de sur-encadrement réglementaire creusant de plus en plus le fossés entre une élite décisionnaire et un monde soumis à l'obéissance ?
L'abstentionnisme politique, la désaffection organisée des corps intermédiaires, le mépris institutionnalisé des élites stigmatisant un peuple résistant dans le mot et les maux du "populisme"... trop de choses aujourd'hui sonnent le glas d'une démocratie toute entière à reconstruire, d'une République à ré instituer, d'une devise à reconquérir dans les trois dimensions de son triptyque : Liberté, Egalité, Fraternité.
Les 80 km/heure ne sont qu'un piteux avatar de la dévastation politique, économique et sociale engagée par les puissances d'argent qui tirent les ficelles de notre macrionnette.
A chacun son Trump ?